Parler et raconter l’inexplicable

Une association sur les réalités (in)visibles s’est créé. Charles nous raconte ce qu’il vit depuis 60 ans.

Leur colloque, en février dernier, avait réuni des centaines de personnes à la maison des arts et loisirs. Fort de ce succès, les organisateurs des réalités (in)visibles ont décidé de se constituer en association, et de se réunir chaque mois, pour parler de leurs expériences avec ce que l’on pourrait appeler le « surnaturel ».

La semaine dernière, ils étaient une quinzaine à participer à la première réunion de l’association. Parmi eux, Charles, 72 ans, venu spécialement de Normandie, s’est confié sur ses expériences avec « l’autre monde » qu’il vit depuis plus de 60 ans.

 

« J’ai vu un faisceau lumineux de toute beauté »

« La première rencontre que j’ai faite, j’avais sept ans. Je faisais de la balançoire quand tout à coup, j’ai vu un faisceau lumineux de toute beauté arrivé en face de moi. Il stationnait sur place, des gerbes de feu étaient projetées à l’arrière. Je ne sais pas combien de temps « il » est resté ainsi, j’étais bouché bée. Quand « il » est parti, j’étais été raconté ce que j’avais vu à mon grand-père. Il m’a dit «C’est encore une connerie des Russes ça ». On était en 1954 à l’époque », se rappelle l’homme dont la prochaine apparition marquante aura lieu en 1976, lorsqu’il avait 30 ans. « À l’époque, j’étais commerçant. Avec un jeune qui travaillait pour moi, on a décidé d’aller cueillir des moules. En revenant de la plage, vers 19 heures, j’ai vu une lumière de toutes les couleurs sur la plaine. Sur le coup, je me suis dit que c’était une remorque de tracteur en feu. Mais, j’étais hypnotisé, paralysé. La voiture s’est mise à rouler toute seule vers la lumière, je ne conduisais plus. Quand j’ai repris conscience de la réalité, il était 23 heures. Durant des nombreuses années, je n’ai pas su ce qui s’était passé durant ce laps de temps, j’avais un trou noir. Une régression sous hypnose m’a permis de me souvenir. Je sais maintenant que je suis rentré dans l’engin qui se trouvait sur la plaine. J’ai parlé avec un être, je me suis allongée sur une table d’opération, on m’a mis une seringue dans la jambe mais je n’avais pas peur. Regardez, j’ai encore la marque », indique Charles en pointant du doigt un petit cercle marqué sur sa peau au-dessus de sa cheville. J’ai reparlé longuement avec cet être avant de partir mais je ne sais plus ce qu’on s’est dit. Durant tout ce temps, le jeune qui travaillait avec moi dormait dans la voiture, inconscient. »

Des dons de guérisseur

Après cette expérience traumatisante, Charles a eu des idées suicidaires durant un an. « Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait, j’étais perdu . Je n’ai jamais été fasciné par la science-fiction, bien au contraire, je n’aimais pas lire ce genre de livres ». Après neuf ans, différentes recherches et une thérapie, Charles décide d’accepter ses visions. Depuis, le Normand voit et parle régulièrement avec des entités. Des dons de guérisseur se sont aussi manifestés. « J’ai déjà procédé à des miracles. Après il faut que la personne soit réceptive et méritante pour que cela fonctionne », explique-t-il.

Des histoires comme celle de Charles ne surprennent plus les membres de l’association des réalités (in)visibles, mais les fascinent toujours autant. C’est pour cela que tous ont décidé de se réunir et de raconter leur expérience chaque mois, pour, peut-être, réussir un jour à les comprendre.

Pénélope Milan   –   Par L’union  Publié le 06/07/2017

« La première rencontre que j’ai faite, j’avais sept ans. Je faisais de la balançoire quand tout à coup, j’ai vu un faisceau lumineux de toute beauté arrivé en face de moi. Il stationnait sur place, des gerbes de feu étaient projetées à l’arrière. Je ne sais pas combien de temps « il » est resté ainsi, j’étais bouché bée. Quand « il » est parti, j’étais été raconté ce que j’avais vu à mon grand-père. Il m’a dit «C’est encore une connerie des Russes ça ». On était en 1954 à l’époque », se rappelle l’homme dont la prochaine apparition marquante aura lieu en 1976, lorsqu’il avait 30 ans. « À l’époque, j’étais commerçant. Avec un jeune qui travaillait pour moi, on a décidé d’aller cueillir des moules. En revenant de la plage, vers 19 heures, j’ai vu une lumière de toutes les couleurs sur la plaine. Sur le coup, je me suis dit que c’était une remorque de tracteur en feu. Mais, j’étais hypnotisé, paralysé. La voiture s’est mise à rouler toute seule vers la lumière, je ne conduisais plus. Quand j’ai repris conscience de la réalité, il était 23 heures. Durant des nombreuses années, je n’ai pas su ce qui s’était passé durant ce laps de temps, j’avais un trou noir. Une régression sous hypnose m’a permis de me souvenir. Je sais maintenant que je suis rentré dans l’engin qui se trouvait sur la plaine. J’ai parlé avec un être, je me suis allongée sur une table d’opération, on m’a mis une seringue dans la jambe mais je n’avais pas peur. Regardez, j’ai encore la marque », indique Charles en pointant du doigt un petit cercle marqué sur sa peau au-dessus de sa cheville. J’ai reparlé longuement avec cet être avant de partir mais je ne sais plus ce qu’on s’est dit. Durant tout ce temps, le jeune qui travaillait avec moi dormait dans la voiture, inconscient. »

Des dons de guérisseur

Après cette expérience traumatisante, Charles a eu des idées suicidaires durant un an. « Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait, j’étais perdu . Je n’ai jamais été fasciné par la science-fiction, bien au contraire, je n’aimais pas lire ce genre de livres ». Après neuf ans, différentes recherches et une thérapie, Charles décide d’accepter ses visions. Depuis, le Normand voit et parle régulièrement avec des entités. Des dons de guérisseur se sont aussi manifestés. « J’ai déjà procédé à des miracles. Après il faut que la personne soit réceptive et méritante pour que cela fonctionne », explique-t-il.

Des histoires comme celle de Charles ne surprennent plus les membres de l’association des réalités (in)visibles, mais les fascinent toujours autant. C’est pour cela que tous ont décidé de se réunir et de raconter leur expérience chaque mois, pour, peut-être, réussir un jour à les comprendre.

Pénélope Milan   –   Par L’union  Publié le 06/07/2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s