VARIATIONS SUR UN THÈME 1

 Je suis l’un de ceux qui croient toujours entendre, sous le sol, le murmure d’une source cachée. »  (Hella S. Haasse) (1)

Notre regard ufologique est encore bien souvent grossier, monolithique, unilatéral. La nuance est peu son fait, et sa perception suit des canaux d’usage bien ordonné, qui normalisent son questionnement. Et il est des questions que l’on ne se pose jamais. Certaines n’ont, peut-être,par rapport au phénomène que nous étudions, aucune ou peu d’importance, leur objet peu ou aucun intérêt, mais comment pourrions-nous le savoir, puisque nous les ignorons ?

De ces questions, en voici une, possiblement dérangeante, et qui concerne un motif récurrent de certains récits d’abductions.
D’Antonio Villas Boas (2), par exemple, à Zhang Zhengyi, modeste facteur de la Chine du Nord (3), pour ne citer que ces deux cas géographiquement éloignés et bien distincts à de multiples égards, on sait que des rapports sexuels entre aliens et humains sont, depuis longtemps, relatés par certain(e)s abducté(e)s. Nous nous interrogeons tous sur la signification de ce fait, car reconnaissons que le mystère est, ici, très épais, et bien davantage encore lorsque l’on en constate la même récurrence dans les récits dits folkloriques du monde entier.
Mais autre chose m’intrigue…
Il ne nous a jamais, à ma connaissance (mais si je fais erreur, corrigez-moi vite) été rapporté de relations homosexuelles dans ces expériences d’enlèvements. Pourquoi ?
Je devine immédiatement hopkinsiens, ickiens et autres clamant l’évidence de la confirmation de leurs points de vue, par ailleurs variés et disparates, sur les manipulations génétiques aliens et la programmation progressive d’une nouvelle race mutante. Peut-être n’ont-ils pas tort. Je n’apporterai pas moi-même de réponse à cette question, aujourd’hui. Mais les choses sont-elles aussi simples qu’elles peuvent le paraître ? Car la réponse que ces auteurs apportent n’est que le corrélat logique de leurs présupposés. Aux vues de ceux-ci, leur interprétation est tout à fait logique. L’absence de relations homosexuelles humains/aliens confirmerait la nature génétique et la finalité reproductrice de ce que nous révèlent les témoins abductés.
imagesCependant, d’autres interprétations ne sont-elles pas possibles, d’autant plus si l’on ne s’inscrit plus dans une HET, mais que l’on re-situe les formes actuelles du phénomène OVNI dans un contexte trans-historique incluant d’autres formes physiques de manifestation ? En outre, prélèvement de sperme et d’ovules seraient suffisants technologiquement, et l’on sait que les aliens, quels qu’ils soient en réalité, ne s’en privent pas. Comme le note Jean-Pierre Tennevin, dans son commentaire du cas Zhang Zhengyi: « Il semble certain qu’il y ait réalité physique, mais les motivations présentées par les entités (besoin d’une régénération biologique) correspondent-elles à la réalité ? Le doute persiste. » (4)
Car le problème est complexe, et l’absence de relations d’ordre homosexuel met cette complexité davantage encore en lumière. D’après tous les témoignages ayant pu être recueillis, on voit bien que l’accent est, certes, mis sur la reproduction, et le nombre de bébés entassés dans les supercouveuses spatiales outrepasse le volume des meutes enfantines grouillantes des plus vastes nurseries ! Pourquoi ? Et ne négligeons pas de remarquer ce caractère de « production en série » si propre (?) à notre époque et à son système économique.
Que nous est-il précisément montré, ou fait savoir, ici, reflétant, peut-être, nos propres rapports et fantasmes relatifs à la reproduction humaine, et bien vivaces dans notre inconscient collectif ? Ou bien qu’est-il mimé à notre insu ? Ou bien quelles normes sociales et sexuelles se trouvent-elles ici reproduites (on ne peut mieux dire) ? Ou bien… ou bien…?
Que tel ou tel abducté, ainsi notre facteur cité, vive, et sur une longue durée, une réelle (au moins pour lui) histoire d’amour avec une femme alien, ou telle humaine avec un homme alien (comme nous en connaissons également), nous interroge, car il n’est plus là seulement question de reproduction… Dès lors, pourquoi aucune histoire d’amour entre personnes du même sexe (un alien/un humain) ? Ou bien ces cas, s’ils existent, demeureraient-ils dans le non-dit de la pression morale, qui viendrait s’ajouter à la pression sociale déjà très vive ridiculisant les témoins d’une simple observation …?
Je n’ai pas de réponse. Pas encore. Peut-être jamais. Alors, je laisse cet ensemble de remarques et d’interrogations à l’état brut d’un certain fouillis. D’un brouillon bienvenu pour ceux qui cherchent à bousculer leur regard pour voir autrement. Car il ne s’agit pas, en fait, de regarder, mais de voir, ce qui est tout autre chose.
Alors, ces scènes qui nous sont décrites sont-elles, en quelque façon, en lien avec nos propres normes sociales et morales ? Sont-elles la reprise mimétique de nos FIV et autres procédés de procréation artificielle, que nous connaissons et développons depuis des dizaines d’années, en ce qu’ils ont en nous profonde résonance collective .
Au tréfond des Hauts Fonds, quelle forme abyssale se met-elle en jeu ?

Jean-Jacques Jaillat


(1) Hella S. Haasse, « La source cachée », éd. Actes Sud, 1998, p.62.
(2) Voir, par ex. Gordon Creighton in: Charles Bowen « En quête des humanoïdes », éd. J’ai lu, 1974, pp. 241-286.
(3) Shi Bo, « OVNI. Nouveaux dossiers chinois », éd. Aldane, 1999, pp. 157-167.
(4) op.cit. p. 167.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s